дессоле электронный дневник войти в дневник

Автоматизированная система электронных школьных дневников «Сетевой Город. Образование» (АСУ СГО) доступна школьникам и родителям в Амурской, Волгоградской, Калужской, Ленинградской, Нижегородской, Самарской, Свердловской, Тверской, Томской, Тульской, Ульяновской, Челябинской областях, Алтайском крае, Камчатском крае, Краснодарском крае, Приморском крае, Забайкальском крае, Республиках Бурятия, Калмыкия, Коми, Марий Эл, Мордовия, Чувашия, Ямало-Ненецком и Ханты-Мансийском автономных округах. Официальный сайт системы разный в каждом из регионов. Для входа в школьный дневник выберите регион и перейдите по ссылке. Школы, гимназии и лицеи, где работает система электронных журналов «Сетевой Город»:

Вы получаете государственные (муниципальные) услуги в сфере образования Калужской области в электронной форме.

Сервисы для дистанционного обучения.

Для входа необходима подтвержденная учетная запись госуслуг. Ее можно оформить в ближайшем центре обслуживания пользователей.

Министерство образования и науки Калужской области

Инновационные решения и технологии для сферы образования

Публичное акционерное общество “Ростелеком”

Описание отеля

Seti Sharm Resort (ex. FUN&SUN SMART Seti Sharm) 4*

Тип отеля: Отель

Расположение:
Пляжный,
1-я линия от моря (< 200 м)

Транспортная доступность:
Близость к аэропорту – рядом (до 20 км)

Отель Seti Sharm Resort расположен рядом с центром Старого города, на одном из самых красивых песчаных пляжей залива Шарм-эль-Майя.

К услугам гостей открытые бассейны, SPA-центр, Детский Клуб и водные горки. ​​Год постройки 1995 г. Последняя реновация 2021 г.

До центра Старогогорода – 500 м,

До международного аэропорта г. Шарм-эль-Шейх 20 км. Общая площадь территории отеля 68 000 кв

Отель состоит из 10 одно и двухэтажных зданий. Всего 312 номеров.

– 40Standard Room
23 кв. м, вид на территорию/море, макс. 2 чел. однокомнатный, двуспальная кровать 170х200 см/2 односпальные кровати 90х195 см напольное покрытие плитка, балкон/терраса, ванная комната с душем

– 261 StandardSeaside View Room
30-36 кв. м, вид на море, макс. 3 чел. однокомнатный, двуспальная кровать 150х200 см/2 односпальные кровати 100х200 см + раскладная кровать/софа
напольное покрытие плитка, балкон/терраса, ванная комната с душем

– 11Family Room
45 кв. , вид на сад/море, макс. 3+1 чел. однокомнатный/двухкомнатный, межкомнатная дверь (в 2х номерах), двуспальная кровать 200х200 см + софа
напольное покрытие плитка, балкон, ванная комната с душем/ванной

В каждом номере:
– индивидуальный кондиционер
– телевизор (есть российские, украинские каналы)
– телефон
– чайный набор (чайник, чайная посуда)
– сейф
– мини-бар (ежедневно пополняется минеральной водой)

В ванной комнате:
– тапочки для взрослых
– фен
– туалетно-косметические принадлежности

Услуги:
– Wi-Fi на всей территории отеля
– уборка номера (ежедневно)
​- смена постельного белья (2 раза в неделю)
– смена полотенец (ежедневно)
– чай, кофе (1 раз при заселении)
– пополнение мини-бара (вода ежедневно)
– утюг, гладильная доска (по запросу)

Инфраструктура отеля:
– pесепшн
– мед. кабинет
– конференц-зал
– обмен валюты

​- главный ресторан
– рестран на пляже – a la carte ресторан итальянской кухни
– 6баров
– кафе-пекарня Bakery
– обмен валюты
– парковка
– магазины
– сцена для вечерних шоу
– 2 открытых бассейна (басейн с горками подогреваетсяв холодное время года)
– 3 водные горки
– SPA & Wellness
– ночной клуб Antalya

Бесплатный сервис:
– Концепция Все включено
с 07:00 до 24:00 включает в себя завтрак/обед/ужин по принципу шведского стола, закуски в течение дня в барах гостиницы, безалкогольные и алкогольные напитки местного производства. – Мини-бар ежедневно пополняется 1,5 л. минеральной водой. – Ужин в a la carteресторане итальянской кухни (Один раз за время пребывания по предварительной записи). – Бесплатный сейф (в номерах и на ресепшне).

Развлечения и спорт

​- тренажерный зал
– парная
– сауна
– аэробика
– аквааэробика
– водное поло
– теннисный корт
– инвентарь для тенниса
– настольный теннис
– мини-футбол
– дартс
– бочче
– пляжный волейбол
– настольные игры
– анимация на русском языке
– дискотека
– вечерние шоу и живая музыка​

В связи с мерами против COVID-19 некоторые мероприятия могут не проводиться.

– Детский Клуб для детей 4-12 лет(подробнее о программе на стенде Детского Клуба)
– анимация на русском языке
​- открытый бассейн (глубина 40 см)
​- игровая площадка
– инвентарь: горшок, коляска, кроватка в номере, стулья в ресторане

Расписание Детского Клуба:
6 дней в неделю
10:00-12:30
14:30-17:00
20:30 мини-диско

Отель предлагает питание по системе”All Inclusive”:
– трехразовое питание, шведский стол
– поздний завтрак, шведский стол
– ​закуски и напитки в течение дня
​- a la carte ресторан итальянской кухни (1 раз за время пребывания по предварительной резервации)
– пекарня Bakery с натуральным кофе исвежей выпечкой
– пивной бар Enjoy с различными сортами пива местного производства и закусками
​- мороженое (с15-00 до 18-00)
– местные алкогольные и безалкогольные напитки (24 часа в одном из баров)
– попкорн перед вечерним шоу
– фирменный стритфуд на пляже
– блюда для веганов и аллергиков
– блюда восточно-европейской кухни с акцентом на славянскую кухню.

Пляж:
Песчанный пляж протяженностью 250 метров, бассейн с водяными горками. Зонтики , лежаки , матрасы и пляжные полотенца бесплатно.

​- алкогольные и безалкогольные напитки, не входящие в концепцию
– услуги телефонной связи
– услуги доктора
– прачечная
– прокат автомобиля
– салон красоты
– SPA-процедуры
– турецкая баня
– освещение теннисного корта
– водные виды спорта на пляже

​Размещение с животными нет. Банковские карты: Visa, Mastercard. Аренда инвалидного кресла:

Действует Обновлено, 25. 2022ООО ПЕГАС ТУРИСТИК

ПрофильЮридический адрес ГОРОД МОСКВА УЛ. КОККИНАКИ Д. 4 ПОМЕЩ. IVИНН / КПП 7714126996 771401001Среднесписочная численность67 сотрудниковАкпынар Рамазан Физическое лицо ИНН 773800522894 Доля в уставном капитале:100,00%Аналитика и проверкаКомпания показывает низкую рентабельность активов, что говорит о неэффективном использовании активовКомпания показала нулевую прибыль, либо убыток, в последнем отчётном периоде, что значительно понижает ценность компании в глазах бенефициараКомпания относится к микробизнесу, что может ограничить возможности компании по выполнению своих договорных обязательств перед контрагентамиКомпания относится к малому бизнесу, что может ограничить возможности компании по выполнению своих договорных обязательств перед контрагентамиКритическое сокращение Выручки, что говорит об уменьшении оборота компанииПолучить отчетПример отчетаАналитический отчет, его расшифровка и рекомендации на основании 1500 факторов из 50-ти источников с учетом чёрных списковДанные по финансовым показателям приведены на основании бухгалтерской отчетностиВиды деятельностиДеятельность туристических агентств Деятельность по предоставлению экскурсионных туристических услугДеятельность по предоставлению туристических информационных услугИсследование конъюнктуры рынкаАренда и лизинг воздушных судов и авиационного оборудованияДеятельность зрелищно-развлекательная прочая, не включенная в другие группировкиАренда и лизинг легковых автомобилей и легких автотранспортных средствТорговля розничная прочая в неспециализированных магазинахДеятельность вспомогательная прочая, связанная с перевозкамиВиды издательской деятельности прочиеДеятельность по управлению холдинг-компаниямиДеятельность агентов, специализирующихся на оптовой торговле прочими товарами, не включенными в другие группировкиТорговля розничная прочая вне магазинов, палаток, рынковДеятельность агентств недвижимости за вознаграждение или на договорной основеДеятельность по предоставлению туристических услуг, связанных с бронированиемДеятельность по предоставлению мест для временного проживания в кемпингах, жилых автофургонах и туристических автоприцепахТорговля оптовая неспециализированнаяПрочие виды полиграфической деятельностиДеятельность по предоставлению прочих мест для временного проживанияДеятельность по предоставлению мест для краткосрочного проживанияДеятельность грузового воздушного транспортаАренда и управление собственным или арендованным нежилым недвижимым имуществомДеятельность брошюровочно- переплетная и отделочная и сопутствующие услугиДеятельность вспомогательная, связанная с воздушным и космическим транспортомДеятельность рекламных агентствДеятельность в области права и бухгалтерского учетаАренда и лизинг водных транспортных средств и оборудованияКонсультирование по вопросам коммерческой деятельности и управленияАренда интеллектуальной собственности и подобной продукции, кроме авторских правДеятельность легкового такси и арендованных легковых автомобилей с водителемТранспортная обработка грузовДеятельность по управлению финансово-промышленными группамиБухгалтерская отчетностьБухгалтерская (финансовая) отчетность публикуется Федеральной налоговой службой с задержкой, отчет за предыдущий (2020) год обычно становится доступен в сентябре-октябре текущего (2021). Торговые маркиПрофильЮридический адрес ГОРОД МОСКВА УЛ. КОККИНАКИ Д. 4 ПОМЕЩ. IVИНН / КПП 7714126996 771401001Среднесписочная численность67 сотрудниковАналитика и проверкаКомпания показывает низкую рентабельность активов, что говорит о неэффективном использовании активовКомпания показала нулевую прибыль, либо убыток, в последнем отчётном периоде, что значительно понижает ценность компании в глазах бенефициараКомпания относится к микробизнесу, что может ограничить возможности компании по выполнению своих договорных обязательств перед контрагентамиКомпания относится к малому бизнесу, что может ограничить возможности компании по выполнению своих договорных обязательств перед контрагентамиКритическое сокращение Выручки, что говорит об уменьшении оборота компанииПолучить отчетПример отчетаАналитический отчет, его расшифровка и рекомендации на основании 1500 факторов из 50-ти источников с учетом чёрных списков

Pendant une heure encore, on entendit le bruit des cornemuses, et nous continuâmes de voir la poussière qui s’éloignait dans la direction des montagnes de l’Est.

– Avouez, dis-je au lieutenant, que voilà une manière de déménager qui vaut mieux que la nôtre.

Et je lui rappelai, car il l’avait oublié, comment s’effectue un changement de domicile chez le peuple le plus spirituel et le plus policé du monde.

Je ne connais pas de village arabe qui se présente avec plus de correction ni dans des conditions de panorama plus heureuses que Tadjemout, quand on l’approche en venant d’El-Aghouat. Il couvre un petit plateau pierreux qui n’est qu’un renflement de la plaine et s’y développe en forme de triangle allongé. La base est occupée par un rideau vert d’arbres fruitiers et de palmiers; les saillies anguleuses d’un monument ruiné en marquent le sommet. Un mur d’enceinte collé contre la ville suit la pente du coteau et vient, par une descente rapide, se relier, au moyen d’une tour carrée, aux murs extérieurs des jardins. Ces murs sont armés, de distance en distance, de tours semblables; ce sont de petits forts crénelés, légèrement coupés en pyramides et percés de meurtrières. La ligne générale est élégante et se compose par des intersections pleines de style avec la ligne accentuée des montagnes du fond. Le ton local est gris, d’un gris sourd que la vive lumière du matin parvenait à peine à dorer. Une multitude de points d’ombre et de points de lumière mettait en relief le détail intérieur de la ville et, de loin, lui donnait l’aspect d’un damier irrégulier de deux couleurs: gris et bleu. Deux marabouts posés à droite, sur la croupe même du mamelon, l’un rouge et l’autre blanc, faisaient mieux apparaître encore, par deux touches brillantes, la monochromie sérieuse du tableau.

A une demi-lieue de la ville, nous dépêchâmes Aouïmer avec la lettre adressée au caïd, et nous lui recommandâmes de veiller à ce que la diffa fût très simple, car nous avions affaire à des gens pauvres. Puis le lieutenant s’approcha d’Ali et lui fit la leçon suivante:

– En quelque endroit que nous soyons, souviens-toi que c’est monsieur et moi qui sommes les maîtres; ainsi n’embrasse les genoux de personne; – tu me comprends?

Le petit Ali porta la main droite à sa poitrine et répondit: Oui, Sidna. – Formule presque inusitée de respect, qui ne s’adresse qu’aux puissants de la terre.

A mesure que nous approchions, tournant les jardins pour entrer par l’est, l’aspect de Tadjemout changeait, les montagnes s’abaissaient derrière la ville; et tout ce tableau oriental se décomposant de lui-même, il ne resta plus, quand nous en fûmes tout près, qu’une pauvre ville, mise en ruines par un siège, brûlée, aride, abandonnée, et que la solitude du désert semblait avoir envahie. Il était neuf heures; le soleil déjà haut, la frappait d’aplomb. Nous arrivions, par un cimetière, au-delà duquel on voyait une porte carrée, pareille à toutes les portes arabes, ménagée dans la tour qui relie les remparts aux murs des jardins. Un Arabe à mine farouche, chaussé de brodequins poudreux et portant un long fusil pendu dans le dos, suivait en même temps que nous ce chemin hérissé de pierres tumulaires, poussant devant lui un âne boiteux chargé de deux outres vides. A droite, et vers le sommet du mamelon traversé par de longues assises de rochers rougeâtres, on voyait deux chevaux étiques, la tête pendante et plantés sur leurs quatre pieds comme sur des piquets. Rien de plus, personne au-dessus des murailles; pas un bruit. A gauche et dans des massifs d’abricotiers, on entendait roucouler des tourterelles.

Après un assez long circuit dans des rues sans soleil, plus étroites encore que celles d’El-Aghouat et pavées de dalles encore plus glissantes, nous prîmes une petite ruelle au bout de laquelle on voyait des gens occupés à desseller le cheval d’Aouïmer. Arrivés là, nous mîmes pied à terre, et l’on nous fit entrer sous un vestibule fort obscur, et dans lequel s’enfonçait, suivant l’usage, un divan en maçonnerie élevé de quatre pieds au-dessus du sol. Le vestibule était encombré de gens qui se démenaient beaucoup sans le moindre cri. Il y avait déjà quelqu’un étendu sur le dos au beau milieu du divan, et autour duquel tout le monde s’empressait. Au moment où nous apparûmes, un Arabe, assez proprement vêtu d’un burnouss couleur amadou, lui présentait d’une main une gamelle de lait, tandis que de l’autre il l’invitait à choisir au milieu d’un boisseau au moins de petites pommes vertes amoncelées sur le tapis. C’était Aouïmer qui se faisait servir par le caïd de Tadjemout: Il se mit à sourire en nous voyant et nous dit en français, de sa voix la plus claire: – Bonjour, mon lieutenant, comme s’il ne nous avait pas vus depuis un mois.

Notre arrivée avait attiré une certaine foule devant la maison du caïd. Aussi, le vestibule ne tarda pas à se trouver rempli; et bientôt, la porte obstruée ne pouvant suffire à la curiosité de tous ceux qui, privés d’entrer, auraient voulu voir, le plus grand nombre des visiteurs demeura dehors, et fit bien inutilement galerie dans la rue. Au bout d’un instant, il n’y eut plus moyen de respirer, et j’avais perdu tout espoir de prendre un seul moment de repos. D’ailleurs, ce n’est jamais un séjour bien délicieux que celui du divan chez les pauvres habitants des ksours du Sud. On n’y échappe aux coups de soleil, – danger réel, il faut l’avouer, pendant la canicule, – qu’avec la chance d’y rencontrer toutes les incommodités imaginables. Et quant à celui-ci, j’avais jugé, dès l’abord, qu’il renfermait une combinaison de petits supplices dont le moindre était, sans contredit, la chaleur épouvantable d’une étuve sèche; et je m’étais tout de suite aperçu, à de cruelles démangeaisons qui m’envahirent tout le corps, que les mouches avaient ici, dans les tapis, toute une armée d’odieux auxiliaires.

Une hirondelle avait son nid dans le plafond, juste au-dessus du divan. Les petits étaient nés, et, toutes les cinq minutes, l’hirondelle arrivait avec un brin de quelque chose dans le bec. La porte était basse; entre le cintre et la tête des gens attroupés sur le seuil, il ne restait que juste assez d’espace pour elle; elle s’y glissait en poussant un léger cri. Aussitôt, je regardais en l’air et je voyais six petites têtes rondes coiffées d’un duvet noir avancer au bord du nid six becs ouverts et pépiants; de petits becs d’oiseaux naissants avec un bourrelet jaune qui les fait ressembler à des lèvres. L’oiseau partageait de son mieux entre tous ses nourrissons; puis, l’une après l’autre, les têtes se retiraient dans le nid. La mère, un peu surprise de voir son asile occupé par tant de monde, hésitait pour s’en aller, entre la porte de la cour et celle de la rue; sans doute elle avait des raisons pour préférer la seconde, car c’était celle qu’elle choisissait, bien que l’autre fût à peu près libre. Chaque fois c’était la même incertitude, et chaque fois j’entendais du milieu des Arabes une voix grave qui disait: balek! (prends garde!) Alors il y en avait qui se courbaient en deux pour lui faire place, d’autres encore plus complaisants qui s’écartaient tout à fait; l’oiseau prenait son élan et filait en jetant un nouveau cri.

Grâce à ce trait de caractère assurément touchant, j’aurais volontiers pardonné à ces braves gens de nous faire étouffer par leur politesse malentendue, mais, quoique endurci déjà contre beaucoup de misères, je trouvai cette manière de se reposer si pénible, que j’aimai mieux marcher. La diffa ne pouvait manquer de se faire attendre, car c’est une cérémonie qui, dans tous les cas, demande certains préparatifs et dont la solennité dépend en grande partie de la lenteur qu’on y apporte. Tous les visages étaient ruisselants; les burnouss transpiraient comme des langes de bain. Je ressentais, en outre, d’intolérables piqûres, et je dis au lieutenant, qui me paraissait ne rien éprouver de semblable: Sentez-vous? – Non, mon ami, me dis le lieutenant, mais je les vois. Si j’ai un conseil à vous donner, c’est d’aller vous promener. – Au moment où je sortais, je me trouvai face à face avec le caïd, qui portait dans ses bras un petit mouton noir tout frémissant de se trouver pris et qui bêlait. Un autre grand gaillard, vêtu comme le caïd d’un burnouss de fantaisie jaunâtre, et lui ressemblant un peu, le suivait d’un air enjoué, un couteau à la main. Le caïd, croyant m’être agréable, me présenta le pauvre animal, écarta sa laine à l’endroit des côtes et me montra qu’il était gras et blanc. De mon côté, je fus obligé, par convenance, de palper cette chair vivante qu’on allait mettre à la broche et que j’allais manger dans une heure. Mais je me fis un peu l’effet d’un sauvage, et la diffa de Tadjemout ne m’inspira plus le moindre appétit.

Les rues étaient silencieuses, presque désertes, l’ombre y décroissait rapidement, et je n’y rencontrai que de rares habitants étendus déjà sous le porche obscur des maisons. J’entrevis un ou deux enfants qui se cachaient, et je pus entendre, en passant, le tic-tac des métiers, comme dans certaines cours d’El-Aghouat. Je fis le tour de la ville par l’est et m’acheminai, malgré la chaleur, vers le marabout blanc qu’on voit de loin briller dans ce tableau décoloré. C’est la sépulture de Sidi-Atallah, un des patrons de Tadjemout et l’ancêtre des Ouled-Sidi-Atallah, petite tribu d’une centaine de tentes qui campe aux environs de Tadjemout, et y dépose ses grains. Le marabout commande la ville à l’est, à peu près comme celui de Si-Hadj-Aïca commande un quartier d’El-Aghouat. Il est entouré d’un petit mur en pierres sèches et barricadé de manière à ce qu’on n’y puisse entrer. Il y avait une multitude de loques accrochées au mur par dévotion. – Puis, suivant l’arête du mamelon, je rentrai dans la ville par le nord.

Tadjemout ne s’est point relevé du siège qu’il a subi en même temps que sa voisine Aïn-Mahdy. Ce débris noirâtre, qu’on voit de loin denteler le sommet de la ville, c’est, avec une enceinte assez vaste, mais rasée à fleur de terre, et quelques pans de murs encore tachés par le feu, tout ce qui reste de l’ancienne kasbah démantelée pendant la guerre. Toutes ces maisons si bien groupées à distance sont dans le plus triste état de misère et s’en vont en ruines. On a seulement relevé les tours et réparé l’enceinte des jardins, car la grande affaire était de protéger les plantations.

Ces jardins entourent la ville de trois côtés. L’Oued M’zi la contourne en décrivant comme eux trois quarts de cercle; son lit est large; il est contenu, du côté des jardins, par une berge élevée, de terre rougeâtre, sans cailloux; de l’autre, il paraît s’étendre assez loin dans la plaine, au moment de la crue des eaux; mais, dans cette saison de sécheresse, il devient inutile, et n’arrose ni ne protège plus rien. On n’y voit pas la moindre place humide. De même qu’à El-Aghouat, il disparaît sous le sable pour ne se montrer qu’à l’époque des pluies.

Le soleil était déjà presque perpendiculaire quand je m’arrêtai sur les débris de l’ancienne kasbah, devant le panorama de la plaine. Je retrouvais El-Aghouat à la même heure, avec le désert de moins, mais avec une stupeur encore plus grande dans l’intérieur de cette ville accablée de chaleur. On n’entendait rien, on ne voyait rien remuer. Au delà de l’îlot vert des jardins, l’œil découvrait un horizon de terrains nus, caillouteux, brûlés, fuyant dans toutes les directions vers un cercle de montagnes fauves ou cendrées, d’un ton charmant, mais où l’on devinait l’aridité de la pierre sous la tendresse inexprimable des couleurs. Un petit nuage unique flottait au-dessus d’un piton bleuâtre du Djebel-Amour. La ville, environnée de pentes grisâtres, sans aucune ombre, enflammée de soleil, ne donnait plus signe de vie. Les deux chevaux que j’avais aperçus en arrivant n’avaient pas changé de place; seulement, ils s’étaient couchés, la tête du côté du nord. Il y avait une tente en poil noir plantée parmi les ruines, et sous laquelle une femme en haillons battait du lait dans une outre. La nuit la plus profonde est pleine de gaieté à côté de ce tableau désolé. On ne connaît point en France l’effet de cette solitude et de ce silence sous le plus beau soleil qui puisse éclairer le monde. Dans nos pays tempérés, le soleil de midi fait sortir de terre tout ce qu’elle a de vie et de bruits, et semble exaspérer toutes les passions joyeuses de la campagne. Ici, le soleil de midi consterne, écrase, mortifie, et c’est l’ombre de minuit qui répare et à son tour redonne la vie.

Une seule chose, grâce à des ressources de sève inconcevables, résiste à la consomption de ces terribles étés, qui dessèchent les rivières, corrompent les eaux qu’ils ne peuvent tarir, et ne donnent qu’à peu de gens le temps de vieillir, – c’est la couleur verte des feuillages; couleur extraordinaire dont nous n’avons pas d’expression dans les harmonies ordinaires de la palette. Je me suis rappelé les taillis de chêne les plus verts, les potagers normands les mieux arrosés, à l’époque la plus épanouie de l’année, aussitôt après la frondaison, sans trouver quelque chose de comparable à ce badigeonnage de vert émeraude, entier, agaçant, et qui fait ressembler tous ces arbres à des joujoux de papier vert qu’on planterait sur du bois jaune. Ce qui rend le désaccord plus bizarre et aussi la comparaison plus juste, c’est que le pied des arbres repose en effet sur un terrain presque tout à fait nu, couleur de chaume, où l’on ne voit que quelques petits carrés de légumes mal arrosés et plus mal venus, des haricots et des fèves à feuilles flétries.

Ces jardins, si desséchés par le pied, si verdoyants par le sommet, sont toute la fortune et toute la gaieté de Tadjemout. On les dit fertiles. Pour moi, je n’y ai vu que des pommes et des abricots. Les pommes sont petites, de couleur fade, et pareilles à des pommes à cidre, pour la grosseur et pour le goût. Quant à l’abricotier du sud, c’est un bel arbre, de haute taille, d’un port sérieux, d’un feuillage élégant, régulier, et qui conviendrait aux paysagistes de style; voilà pourquoi je le signale en passant. C’est un feuillage arrondi par masses compactes ou développé en longues grappes traînantes, et dont l’exécution, naturellement indiquée, s’exprime par un travail serré de touches rondes posées symétriquement, comme des points de broderie. Cela rappelle exactement l’exécution calme et savante du Diogène et du Raisin de Chanaan. A l’automne, quand l’arbre est devenu brun, la ressemblance doit être parfaite. L’abricotier, comme les pommiers normands et les orangers, se couvre de fruits en si grand nombre, que chaque feuille verte est accompagnée d’un fruit d’or. Cet arbre, d’aspect mythologique, est, après les dattiers, ce qu’il y a de plus précieux dans les vergers du Sud. Les abricots secs forment, tu le sais, le fond de la cuisine arabe; on les fait sécher sur des claies, et, pendant tout le reste de l’année, on en compose, avec fort peu de viande et beaucoup de sauce au fel-fel, toute sorte de ragoûts, entre autres le hamiss.

Des grenadiers, dont les fleurs commençaient à faire place au fruit; des poiriers; des figuiers bas, à feuilles plus petites et plus foncées que les figuiers d’Europe; quelques pêchers, au feuillage grêle un peu plus doré que le reste; des vignes poussant en tout sens avec les plus grands caprices et portant déjà des verjus monstrueux; par-dessus tout cela les aigrettes des palmiers d’un vert froid, légèrement jaunes ou rougissantes au point de jonction des palmes, voilà les jardins de Tadjemout, c’est-à-dire de tous les ksours du Sud.

Somme toute, ici les oiseaux sont plus heureux que les hommes; car ils se nourrissent aussi bien et vivent plus commodément. Ils ont le peu de fraîcheur que la végétation parvient à exprimer du sol, et le moindre vent qui remue cette atmosphère inerte et brûlante de midi, ils le recueillent en paix dans leurs maisons mouvantes de feuillages. On ne les aperçoit pas, et c’est à peine si on les entend se déranger dans les feuilles quand on passe à côté d’eux. Quelquefois, une petite tourterelle fauve, à collier lilas, s’envole et se réfugie sur un palmier; elle agite, en s’y posant, le djerid flexible; on la voit un moment se balancer sur le ciel bleu, puis elle se retire au cœur de l’arbre, elle y pousse un ou deux roucoulements, fait mouvoir encore les dards aigus des palmes, et tout se tait, en même temps que tout redevient immobile.

Quand j’entrai dans le vestibule, où l’odeur du repas semblait avoir rassemblé toutes les mouches et tous les affamés du quartier, le caïd, qui n’attendait plus que mon retour, fit un signal du côté des cuisines, et je vis apparaître, au bout d’un bâton, le cadavre rissolé et tout fumant du petit agneau noir.

Aouïmer fut d’une gaieté folle pendant tout le repas, et Ben-Ameur essaya de nous persuader que les habitants de Tadjemout seraient heureux de nous retenir jusqu’au lendemain; mais nos pauvres chevaux expiraient de chaleur dans la cour, et c’était nous soulager tous que de nous mettre en route. Avant trois heures, nous prenions congé du caïd et nous sortions par Bab-Sfaïn, porte qui s’ouvre du côté d’Aïn-Mahdy.

– J’accomplissais en ce moment un de mes plus vieux rêves de voyage; rêve est le mot, car à l’époque où je le faisais, en examinant la carte du Sahara, il était plus que douteux qu’il pût jamais se réaliser. Ce n’était ni son éloignement, ni la nouveauté du pays qui m’attiraient vers ce lieu-là, de préférence à tant d’autres, tout aussi propres à m’émouvoir; c’était je ne sais quoi de séduisant dans le nom, quelques lambeaux appris de son histoire, le bruit d’un grand personnage religieux luttant derrière ces remparts contre le premier homme de guerre de l’Afrique moderne, beaucoup d’imaginations colorant une vague perspective de faits et de paysage; enfin, je ne sais quelle singulière intuition du vrai qui m’avait fait imaginer une sorte de ville abbatiale, dévote, sérieuse, hautaine et dominée, comme Avignon, par un palais de pape. Chemin faisant, je me rappelais le temps où El-Aghouat était encore pour Alger un pays fort mystérieux, et je pensais au nombre d’événements, petits ou grands, que le hasard avait dû combiner pour faciliter ma promenade; et ce qui m’étonnait le plus dans tout cela, c’était d’en être aussi peu surpris et de trouver tout simple que j’eusse déjeuné le matin à Tadjemout et que j’allasse à présent dîner à Aïn-Mahdy.

Nous avions devant nous une plaine unie, pierreuse, sans aucun accident de terrain et sans variété d’aspect. A droite et à gauche, fuyaient parallèlement deux bourrelets d’une couleur exquise et seulement tachés d’ombres pareilles à des gouttes d’eau bleue. A l’extrémité de la plaine, on distinguait un renflement dans la ligne droite de l’horizon; c’était derrière ce mouvement du sol que nous allions voir apparaître Aïn-Mahdy. La montagne au delà devenait plus bleuâtre à mesure que le soleil inclinait de son côté. De petits sentiers grisâtres se dirigeaient en droite ligne dans la plaine et menaient sans détours de Tadjemout à Aïn-Mahdy. Il n’en fallait pas davantage pour indiquer le voisinage d’une ville fréquentée. – Ces deux ou trois sentiers, séparés par des intervalles presque égaux, où la terre est battue, où il y a moins de cailloux qu’ailleurs, c’est une grande route de caravane. Le gros de la troupe marche à la file dans le sillon du milieu, le plus poudreux, le seul qui ne soit jamais interrompu; les cavaliers d’escorte, les conducteurs de chameaux vont parallèlement dans les petits sentiers latéraux, à la file aussi, car il n’y en a guère où l’on remarque le passage ordinaire de plus de deux cavaliers de front. La route se trouve ainsi tracée dans la direction la plus courte. Quand on rencontre une touffe d’alfa, de chih ou de k’tâf, on la tourne; l’herbe continue de pousser; et c’est le chemin qui fait un circuit, grâce à l’imperturbable régularité des voyageurs. Je m’amusais à reconnaître la large empreinte des chameaux, le pied des chevaux, celui des hommes. De loin en loin, nous retrouvions des marques de roues, presque effacées par les pluies d’hiver. N’était-ce pas la voie des canons qui sont venus d’El-Biod mitrailler les murs d’El-Aghouat? De rares gangas, qu’on ne voyait pas, faisaient entendre au-dessus de nos têtes de faibles cris perdus dans le silence. A gauche, et sur des plans inclinés qui remontaient vers les collines, on distinguait de temps en temps des points fauves tachés en dessous de blanc. Ces points fauves étaient mobiles, et malgré l’énorme distance, on voyait le lustre du poil. C’étaient des gazelles qui paissaient parmi des alfa jaunissants. Le chemin que nous suivions était couvert de leurs traces; on eût pu dire que la terre exhalait le musc.

A moitié chemin à peu près, nous vîmes venir à nous deux voyageurs à pied, conduisant trois petits ânes. Deux de ces ânes étaient chargés; le troisième, velu comme un ours et de la taille d’un gros mouton, trottait gaiement en avant des autres et s’arrêtait fréquemment pour accrocher au passage un rameau pâle de k’tâf. Les hommes étaient nègres, mais de vrais nègres pur sang, d’un noir de jais, avec des rugosités sur les jambes et des plissures sur le visage, que le hâle du désert avait rendues grisâtres: on eût dit une écorce. Ils étaient en turban, en jaquette et en culotte flottante, tout habillés de blanc, de rose et de jonquille, avec d’étranges bottines ressemblant à de vieux brodequins d’acrobates. C’étaient presque des vieillards, et la gaieté de leur costume, l’effet de ces couleurs tendres accompagnant ces corps de momies me surprirent tout de suite infiniment. L’un avait au cou un chapelet de flûtes en roseau, comme le fou de D’jelfa; il tenait à la main une musette en bois travaillé, incrustée de nacre, et fort enjolivée de coquillages. L’autre portait en sautoir une guitare formée d’une carapace de tortue, emmanchée dans un bâton brut.

Quant aux ânes, je fus longtemps à deviner ce qu’ils avaient sur le dos. Outre plusieurs tambourins ornés de grelots, d’autres instruments de musique, reconnaissables à leur long manche, et un amas de loques fanées, je voyais, à distance, quelque chose comme une quantité de paquets de plumes ondoyer au-dessus de la charge et flotter confusément jusque sur leurs oreilles. En approchant, je m’aperçus que ces paquets étaient de toutes les couleurs et de la plus singulière apparence; c’étaient à peu près des oiseaux par le plumage; par la forme, c’étaient des bêtes impossibles; et, ce qui m’étonna le plus, ce fut de voir que chacun de ces monstres avait positivement un bec et deux pattes. Il y en avait un grand nombre de tailles diverses, et tous d’une composition plus ou moins propre à frapper l’esprit; les uns petits, armés d’un bec énorme et montés sur des échasses de flamands; les autres, pesants comme une outarde, avec une tête imperceptible et des pieds filiformes; d’autres d’un air tout à fait farouche, auxquels il ne manquait que le cri pour être l’idéal de ce qui fait peur. – Imagine, mon cher ami, ce qui peut sortir de la fantaisie d’un nègre, quand il s’amuse à refaire des oiseaux avec des peaux cousues, des pattes et des têtes rapportées.

C’étaient donc des bateleurs avec leurs marionnettes. Ils sortaient d’Aïn-Mahdy, où je doutai qu’ils eussent fait leurs frais, et s’en allaient par Tadjemout, chez les Ouled-Nayls d’abord, puis dans les douars du Tell, essayer l’effet de leur innocente industrie. Je dis à Aouïmer de les questionner: mais ils parlaient fort peu l’arabe, et faute de nous comprendre, je ne pus savoir d’où ils venaient. Le seul nom que je reconnus dans le récit fait en langue nègre de leur longue odyssée fut Ouaregla. – «C’est une ville où l’on aime beaucoup à rire,» dit Aouïmer. – A tout hasard, je leur criai: Kouka, Kano, et tout ce que je connaissais de noms appartenant au Bernou. Ils se mirent à rire avec cette aimable gaieté des nègres, les plus francs rieurs de tous hommes, et ils répétèrent: Kouka, Kano, d’un air de connaissance: j’en conclus, peut-être à tort, qu’ils pouvaient bien avoir des relations avec le lac Tchad ou le Haoussa. Ils nous demandèrent de l’eau. Heureusement que l’outre était pleine. Après quoi, nous nous souhaitâmes mutuellement bon voyage, et je me retournai pour les voir s’éloigner dans la direction de Tadjemout, qui n’apparaissait plus au fond de la plaine, à présent dorée, que comme une tache grise au-dessus d’une ligne verte.

La première fois que je traversai la Metidja, pour aller d’Alger à Blidah, je fus d’abord étonné (j’étais débarqué de la veille) de faire ce trajet en diligence, à peu près comme sur une route de France; mais je le fus bien davantage de rencontrer, au milieu de la plaine, un Auvergnat en veste de velours olive et coiffé d’une casquette de loutre, qui portait devant lui un orgue de Barbarie et en jouait tout en marchant. C’était à peu près à l’endroit qu’on appelle les Quatre-Chemins: la plaine était verte, hérissée de palmiers nains; on voyait çà et là, entre la route et la montagne, pointer une tête isolée de palmier en éventail; le magnifique encadrement de l’Atlas enfermait l’horizon dans un cercle veiné de bleu, couronné de neiges, et d’une imposante tournure; c’était une admirable entrée. Je venais d’apercevoir un chacal qui traversait la route, comme aurait fait chez nous un renard; et je voyais de loin, posées parmi les joncs, deux cigognes dont l’une, comme l’ibis antique, tenait dans son bec quelque chose qu’on pouvait prendre pour un serpent. L’Auvergnat jouait l’air de la Grâce de Dieu. Ce jour-là je fus indigné. – Hier, en me séparant des musiciens nègres, ce souvenir m’est revenu, et je l’ai pris avec moins d’amertume. Il m’a semblé que cette nouvelle rencontre donnait un sens philosophique à la première. Je comparais ces pauvres émigrants venus, l’un de Bernou, l’autre du Cantal ou de la Savoie, et je n’ai pu m’empêcher d’admirer encore davantage les combinaisons du hasard, en pensant qu’un jour ils se rencontreraient peut-être, l’un avec sa guitare d’écaille, l’autre avec son coffre à musique, et qu’ils joueraient ensemble des airs nègres et des airs parisiens, au milieu d’une ville arabe devenue française.

Vers six heures, nous perdîmes Tadjemout de vue; et presque aussitôt, nous découvrions devant nous la silhouette massive, écrasée, légèrement renflée vers le milieu, d’une ville solitaire, de couleur brune, marquée de deux points plus clairs vers le centre: c’était Aïn-Mahdy. A ce moment, le soleil, qui déclinait vers les montagnes, prenait déjà la ville à revers, en dessinait seulement les contours dentelés, et noyait dans un rayonnement mêlé de violet et de bleu verdâtre les premiers échelons du Djebel-Amour. A mesure que nous approchions, le jour baissait; l’heure ne pouvait être mieux choisie pour entrer dans cette ville longtemps mystérieuse et demeurée sainte. Cette demi-clarté du soir qui n’allait nous la montrer que confusément, l’ombre qui commençait à l’envelopper avant que nous en fussions trop près, tout cela convenait à merveille au sentiment particulier mêlé de curiosité et de respect que m’inspirait Aïn-Mahdy.

Il était sept heures quand nous atteignîmes le pied du rempart. C’est une muraille en maçonnerie solide, avec des créneaux très rapprochés, et coiffés de petits chapiteaux en pyramides. Aouïmer nous avait précédés pour prévenir le caïd de notre arrivée, et nous entrâmes dans la ville très modestement escortés d’un seul cavalier. En deçà du rempart règne un mur moins élevé, qui forme l’enceinte intérieure des jardins, de sorte que les jardins ont, comme la ville, une ceinture continue. Entre ce mur et le rempart passe un chemin de ronde étroit et sinueux. C’est par là que le guide nous fit tourner pour aller gagner la grande porte: Bab-el-Kebir. Cette porte a l’air d’une entrée de forteresse; elle est pratiquée dans une haute muraille et flanquée de deux grosses tours carrées. Elle est beaucoup plus élevée que ne le sont d’habitude les portes des villes arabes; elle a de solides battants armés de ferrures; un encadrement de chaux en dessine le contour, presque aussi large que haut; une banquette dallée de pierres grises, polies comme du fer usé, garnit extérieurement le pied du mur. Le porche est profond, avec des enfoncements ménagés dans l’épaisseur des tours latérales, et forme à l’intérieur une véritable place d’armes.

La rue sur laquelle on débouche après avoir franchi la voûte complète cette entrée monumentale. Elle est très large pour une rue arabe, comprise entre deux grands murs sévères, bâtis de pierres, sans ouvertures, et si propre qu’on la dirait balayée. Au bout de cent pas, elle tourne à angle droit au pied d’une maison blanche, d’architecture mauresque, et dont la forme singulière rappelle à la fois le palais et la mosquée. Cette maison blanche, élevée, percée à l’étage supérieur de fenêtres en ogives précieusement sculptées, est l’une des maisons du marabout Tedjini; c’est aussi le lieu de sa sépulture et la mosquée d’Aïn-Mahdy. Ce nom de Tedjini, qui n’éveillera chez toi, quand tu me liras, qu’un intérêt bien vague, ce seul nom, quand je l’entendis sortir avec componction des lèvres du petit Ali, me fit éprouver, mon cher ami, une émotion très sincère. Il imprimait à ce qui m’entourait un caractère précis de grandeur, d’héroïsme et de sainteté. Je sentis que l’âme de cet homme vaillant animait encore cette ville à l’air si hautain et si recueilli. Mes imaginations d’autrefois ne m’avaient pas trompé, Aïn-Mahdy ne ressemblait à rien de ce que j’avais vu et répondait à tout ce que j’avais rêvé.

Une troupe de chameaux sans gardien encombrait la rue dans toute sa largeur. En deçà et au delà de ce groupe silencieux, il n’y avait personne. La rue déserte se remplissait paisiblement de cette ombre poudreuse et de couleur rousse, ombre palpable, chargée de chaleur, d’odeurs confuses, qu’on ne trouve que dans les villages arabes du Sud, à la tombée de la nuit. La terrasse de la maison de Tedjini était occupée par un petit nombre de gens qui tous regardaient du même côté, du côté des montagnes. Ils nous virent entrer, tourner l’angle de la rue, sans distraire leur attention de l’objet qui paraissait l’attirer dans la direction du couchant.

Винс Гилл и Эми Грант

дессоле электронный дневник войти в дневник

Эми Грант и Винс Гилл

Впервые Винс Гилл и Эми Грант встретились, когда первый пригласил исполнительницу христианской музыки выступить в своём рождественском телевизионном выпуске. Случилось это в 1993 году. Их влюблённость была мгновенной, однако оба в то время были женаты на других людях. Тем не менее они продолжили своё общение, и уже год спустя записали свой первый дуэт под названием «House of Love»!

Однако Гари Чапман, муж Эми, прекрасно чувствовал, как его жена относилась к своему новому другу. Когда в 1998 году Винс развёлся с Дженис Оливер, Чапман сказал Эми:

В 1999-м их союз тоже распался. Винс и Эми поженились в марте 2000 года. И хотя развод и повторный брак Грант нанесли ущерб её карьере исполнительницы современной христианской музыки, она никогда не сожалела о своём выборе:

Гарт Брукс и Триша Йервуд

дессоле электронный дневник войти в дневник

Гарт Брукс и Триша Йервуд

Крис Франц и Тина Уэймут

дессоле электронный дневник войти в дневник

Тина Уэймут и Крис Франц

Крис Франц впервые встретил Тину Уэймут на уроке рисования в Школе дизайна Род-Айленда в 1972 году. Сначала девушка думала, что Франца тянет к парням – такое умозаключение родилось из-за людей, с которыми он тусовался. Но вскоре Тина обнаружила, что это не так. Они поженились в 1977 году.

дессоле электронный дневник войти в дневник

Крис Франц и Тина Уэймут

Когда появилась Talking Heads, Крис пригласил Тину в качестве басистки. Первое время Тина, Крис и гитарист Дэвид Бирн ютились на небольшом чердаке без отопления и ванной комнаты. К счастью, группа быстро добилась успеха, а вскоре Франц и Уэймут создали побочный проект Tom Tom Club.

Тим Макгро и Фейт Хилл

дессоле электронный дневник войти в дневник

Фейт Хилл и Тим Макгро

«Мне плевать, если кто-то начнёт меня осуждать, мол «о, Тим, ты же был помолвлен с кем-то, а потом бросил его ради кого-то другого! Так нельзя!». Я такой, какой я есть. Это мои чувства, моя жизнь, и я не могу это контролировать. Я просто не мог позволить Фейт ускользнуть от меня!»

На момент свадьбы Хилл была на третьем месяце беременности – их дочь Грейси родилась в мае 1997 года. К слову: в том же году Тим и Фейт выпустили свой первый совместный сингл «It’s Your Love», который добрался до первой строчки Billboard Hot Country Songs.

Алиша Киз и Swizz Beatz

дессоле электронный дневник войти в дневник

Алиша Киз и её муж Swizz Beatz

Бейонсе и Jay-Z

дессоле электронный дневник войти в дневник

Jay-Z и Бейонсе

дессоле электронный дневник войти в дневник

Бейонсе и Jay-Z

Но даже несмотря на это пара изо всех сил пыталась спасти свой брак. В своём интервью рэпер сказал:

Вопрос отелю
— 474

11 октября 2022 в 06:39

Доброе утро!
Прилетаем в ваш отель завтра вечером, номер брони 104034. Прошу по возможности предоставить номер на втором этаже, но обязательно с двумя раздельными кроватями.

Альбом «Lucifer On The Sofa» (2022) от американских рокеров Spoon

11 февраля 2022 года американская рок группа Spoon представила слушателям свой новый альбом под названием «Lucifer On The Sofa». Работа над этим альбомом началась в конце 2018 года, когда группа завершила свой тур в поддержку своего девятого студийного альбома. «Lucifer On The Sofa» (2022) — это десятый студийный альбом группы, в треках которого чередуется живая и техническая запись. Дело в том, что сначала для записи музыкальных композиций альбома группа предпочла воспользоваться живой записью, а спустя некоторый промежуток времени произошел контраст между живой и технической записью, что, надо признаться, звучит достаточно привлекательно.

дессоле электронный дневник войти в дневник

Запись альбома «Lucifer On The Sofa» происходила в самых разных странах и городах, сначала в штате Техасе, зачем в Лос-Анджелесе, более того, участвовали Марк Рэнкин, Джастин Райзен и многие другие продюсеры. На один промежуток времени запись вовсе остановилась из-за коронавируса в 2020 году, но очень скоро возобновилась. Все эти факторы привели к тому, что альбом «Lucifer On The Sofa» стал самым трудоёмким, с точки зрения записи, для группы Spoon. Смотреть клип на одну из музыкальных композиций альбома можно ниже.

Что касается реакции поклонников на новый релиз группы, то в основном она положительна. Критики все же отметили, что звучание группы слегка изменилось в худшую, если сравнивать его с прошлыми работами, однако, фанаты и слушатели быстро опровергли это мнение. Более того, большинство современных критиков одобрили альбом «Lucifer On The Sofa» (2022).

Отзывы об отеле на

TopHotels — 1 670

Размещение 4
Питание 3
Сервис 43

В 7й по счету в Египте оказалась почти случайно,.

В 7й по счету в Египте оказалась почти случайно, прихватили пару дней к 8 марта. Обычно выбираю отели 5* и с хорошими отзывами 🙂 Но так уж получилось, составила компанию родственнице, которой этот отель рекомендовали из-за.

29 Марта 2019 в 21:54

Размещение 5
Питание 5
Сервис 55

Отдыхали с подругой в сентябре 2012. Прилетели ран.

Отдыхали с подругой в сентябре 2012. Прилетели рано утром, еще до завтрака, размещение с 12. 00, нам сказали: идите завтракать, и после разместим, так и получилось. Номер на первом этаже, сначала нас расстроил, даже поменять п.

16 Февраля 2017 в 13:02

Размещение 5
Питание 4
Сервис 54

Прилетели к заселению, проблем не было! Номера дал.

Прилетели к заселению, проблем не было! Номера дали близко к морю, второй этаж! Сначала мы расстроились, но потом поняли, что это даже лучше, ведь балконы на первом выходят на дорогу между корпесами, и все время там кто-то хо.

07 Декабря 2016 в 17:08

Добавить комментарий

Ваш адрес email не будет опубликован.

Adblock
detector